Un petit col pour les vacances

Bonjour,

Par cet article, je reviens sur la sortie landaise que j’ai réalisé avec Chouille le 04 septembre dernier.

Nous avons loué deux VTT performance à VTT Loisirs à Hossegor. L’accueil a été très bien. Et les VTT sont bien entretenus. Personnellement, ils m’ont fourni un Commençal El Camino de 2015 en taille L.

Le début se fait via de belles pistes cyclables.

Nous passons devant l’église où deux ans plus tôt, je prenais ma Poupouille pour épouse. Que de bons souvenirs.

Avant de partir faire notre quête du col du Pas de Bas, nous tentons de faire le tour des Barthes, une sorte de marais près d’Hossegor. Nous nous arrêtons au pied d’une tour d’observation pour aller voir le point de vue.

De ce poste d’observation, nous pouvons apercevoir le sommet de l’église.

En récupérant notre trace, nous croisons une bâtisse qui détonne par son ambiance et les écritures multiples et colorées qui ornent sa porte.

Le parcours nous fait passer devant le futur EDPAH municipal de CapBreton. J’ai une petite pensée pour ma Poupouille, qui en gère un en région parisienne.

Bien que le climat est rarement rude dans les Landes, ils prennent tout de même des précautions pour protéger leurs arbres.

Depuis CapBreton, nous cheminons sur la Vélodyssée. J’ai une petite pensée aux participants à la Born To Ride qui ont du passer par ici, il y a quelques semaines.

C’est sur cette bande de bitume que j’ai eu du mal à suivre une petite mamie qui envoyait du lourd à près de 25 km/h.

Nous quittons l’EuroVélo 1 à l’approche de Labenne pour rentrer à l’intérieur des terres. Jusqu’à là, le parcours était bien roulant et peu valonné. Nous croisons encore quelques belles fleurs juste avant de passer aux choses sérieuses : à savoir découvrir que les Landes et le Pays Basque sont loin d’être des cousins du plat pays.

Même en ces endroits reculés au fort petit trafic routier, nous rencontrons les drôles de tortues grises chères à l’Etat. Souriez !

A Saint-Martin-de-Seignanx, après quelques kilomètres de montagne russe, nous optons pour la pause déjeuner. Nous croisons à ce moment LE supermarché du coin. Il fera parfaitement l’affaire pour nous ravitailler.

Nous reprenons notre parcours après cette petite pause. Les montagnes russes continuaient à nous user avec les températures assez chaudes.

Finalement, nous pouvons gravir le col muletier du Pas de Bas. A l’endroit du col, nous trouvons une habitation et c’est tout. Il n’y a même pas de panneau pour l’immortaliser. Mais nous prenons nos photos souvenirs de cette victoire de haut vol.

Le retour fut un long calvaire pour moi où je mettais pied à terre dans toutes les bosses. J’étais littéralement cuit. Je pense que je manque d’entrainement et je n’aime pas la chaleur 😀

Merci à Chouille de m’avoir accompagner et supporter pendant ce périple. Merci à mon épouse d’être ma première supportrice.

Relive ‘Sortie à vélo matinale’

@ bientôt

32 total views, 7 views today

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

French Divide 2017 – 35 min d’évasion et d’aventure

45 total views, 7 views today

Publié dans 2017, French Divide | Laisser un commentaire

Col du Pas de Bas – FR-40-0058

J’ai franchit le col du Pas de Bas avec Chouille, le 4 septembre 2018.

38 total views, 6 views today

Publié dans Cents cols, Cols français | Laisser un commentaire

Boutigny-sur-Essonne : à la recherche du meilleur passage

Bonjour,

Hier, dimanche 16 septembre, je suis retourné, avec Chouille, explorer les chemins au départ de Boutigny-sur-Essonne.

La première exploration s’était soldée par un bain de sable.

Sylvain m’a fournit une nouvelle trace à explorer. Je partais un peu avec l’angoisse de retrouver beaucoup de sable. La suite de la balade va me faire changer d’avis.

Le début de la boucle nous emmène sur les bords de l’Essonne. L’asphalte laisse rapidement place à un chemin sablé dur des plus bucoliques. Nous croisons des chasseurs bien sympathiques vu que j’échange des « bonjour » et les fusils étaient tous cassés.

Notre parcours nous emmène vers D’Huison-Longueville en passant par des coins très jolis et dépaysants. C’est roulant mais on en prend plein les yeux. C’est génial.

A l’approche de D’huison-Longueville, la trace nous fait prendre une voie privée. Après consultation de la carte, nous optons pour la tranquillité des habitants en prenant une petite portion de piste cyclable, pour retrouver la trace plus loin près d’un joli lavoir.

Nous quittons le bitume pour prendre les chemins et gravir la butte Hebert.

Le chanvre est sur le point d’être récolté.

Avant de descendre sur Boissy-le-Cutté, nous prenons un petit chemin sur la gauche. L’entrée du chemin n’est pas des plus accueillantes et nous entendons au loin les aboiements des chiens des chasseurs. La tentation de continuer la progression par la route était là, mais après un petit portage dû aux ronces et chemin labouré par l’agriculteur voisin, nous retrouvons un super chemin en sous-bois.

A Boissy-le-Cutté, la trace nous propose de prendre un sens interdit. On s’interdit d’enfreindre le code de la route et nous poursuivons un peu notre route. Bien nous en prie, vu que nous arrivons sur un carrefour riche en commerces alimentaires, Graal du cycliste en autonomie. Nous avions au choix, la boulangerie, la pizzeria ou la petite surface de village.

Nous avons opté pour la boulangerie, mais elle n’avait plus de chausson aux pommes 🙁

Le GPS nous emmène ensuite sur un chemin montant où nous sommes obligés de réaliser un portage vu les nombreuses branches en travers du chemin. La sortie de ce chemin se fait sur une mini décharge sauvage (le chemin débouche au niveau de la piscine bleue). C’est bien dommage. Si jamais cela n’est pas praticable la montée par la route est réalisable.

Ensuite, nous poursuivons sur un chemin herbeux bien roulant. Il nous fait arrivé sur une jolie petite place.

Une jolie descente avec un revêtement en bon état et une belle pente permet de soulager les jambes sans perdre de temps.

La trace nous propose de prendre un chemin sur la droite. Mais je pense que l’entrée du chemin est digne des meilleurs dégagements de sécurité sur les autoroutes. Arrivé à grande vitesse sur le bitume pour tomber sur une « mare » de sable mou n’est pas la meilleure idée.

Nous optons pour poursuivre sur la route et récupérer la trace quelques centaines de mètres plus loin. Le chemin sablé nous fait passé devant une partie de la réserve géologique de l’Essonne. On fait une petite pause pour visiter.

Tourner à gauche pour suivre la trace n’est pas une bonne idée sauf si le sable de la plage des vacances nous manque.

En regardant la carte, nous trouvons un chemin bien plus accueillant pour nos roues.

Le retour se fait avec moins de photos bien que le départ est très bucolique.

Après Morigny-Champigny, une première belle bosse, longue mais pas trop pentue, nous fait monter sur le plateau.

La fin est une succession de longues montées et de belles descentes qui finissent d’user l’organisme. Nous apercevons même une mini tornade de poussière.

Au final, ce fut une superbe balade dans un coin de l’Essonne que je ne connaissais pas.

Merci à ma douce épouse d’être restée seule à la maison pendant 6h00 pour que je puisse assouvir ma passion. Elle est géniale ma Poupouille d’Amour.

Relive ‘Sortie à vélo matinale’

@ bientôt

47 total views, 5 views today

Publié dans 2018, Gravel bike, Randonnée, Randonnée gravel | Laisser un commentaire

A la découverte des chemins vers Boutigny-sur-Essonne

Bonjour,

Hier, j’ai proposé à Chouille de m’accompagner pour explorer les chemins aux alentours de Boutigny-sur-Essonne.

C’est une partie de l’Essonne que je ne connais que de nom. J’ai donc saisi l’occasion en ce jour de congé.

Nous nous sommes donné rendez-vous au parking de la gare afin de garer nos voitures tranquillement. En plus, en cette journée de pic de chaleur, nous avons trouvé de l’ombre.

Nous commençons notre balade à un rythme de balade. Je m’arrête pour faire quelques photos.

En direction de Vayres-sur-Essonne, nouvel arrêt photo pour le monument aux morts

Avant de prendre notre premier chemin en sous-bois, je shoote le paysage qui est très joli.

Le premier chemin est accueillant mais il se transforme vite pour moi en un enfer. En effet, la géologie du coin est faite de sable. Avec les chaleurs de ces derniers mois et l’absence de pluie, le chemin s’est transformé en jolie plage de sable fin. Avec mes pneus gravel et mes 115 kg, la progression doit se faire à pied.

Les fougères me permettent de faire une pause dans mon portage.

Car le chemin de sable continue.

Heureusement que la fin vers D’Huison-Longueville est plus roulante et nous mène vers un joli chemin à flan de côteau.

C’est quelques hectomètres plus loin, nous découvrons les raisons de ce sable présent à outrance.

La culture locale est très orientée vers les betteraves et le chanvre.

Vu que notre cheminement nous fait prendre le GR 1 et le GR 11, nous croisons de temps en temps des bancs en pierre qui invitent à la pause, mais pour le moment, elle ne s’impose pas.

Le chemin abandonne le sable pour le gravier. C’est parfait pour le gravel. 😀

Parfois notre progression nous fait échouer sur un chemin que même les agriculteurs ne prennent pas.

Nous faisons alors demi-tour pour retrouver des chemins classiques.

Ces chemins aboutissent souvent à de la petite route communale qui possède quelques pièges.

Notre avancée nous fait parfois passer devant des entrées de chemin que nous évitons de prendre sentant le piège du portage 😉

Le sable refait un peu son apparition

Puis, nous devons continuer via un petit chemin qui avec le talent d’un bon vttiste serait un super single. N’ayant pas ces talents, nous progressons à pied.

Notre balade nous propose parfois des chemins tellement ravinés que nous cherchons d’autres passages plus roulants et moins techniques.

Le sable fait son retour pour la dernière fois, mais quelle dernière fois 😀

Après un arrêt ravitaillement en eau au Lidl d’Etrechy, nous retournons à nos voitures par la route. Malgré que le revêtement rende mieux, je suis un peu déshydraté et je monte les bosses à pied. Pas top pour la moyenne 😉

A D’Huison-Longueville, nous croisons une belle demeure et un lavoir qui font une entrée dans ma collection de photos.

Le soleil a été présent pendant toute la sortie.

Au final, ce fut une très bonne sortie bien physique, mais riche en émotions.

Relive ‘Sortie à vélo l’après-midi’

@ bientôt

143 total views, 6 views today

Publié dans 2018, Gravel bike, Randonnée, Randonnée gravel | Laisser un commentaire

BTR 2019 – Déjà les premières infos

Bonjour,

Alors que la ligne d’arrivée de la French Divide 2018 est franchie par les trois premiers arrivés, et que cela fait près de deux mois que la ZBTR 2018 est terminée, Luc Royer nous a fait des confidences sur Facebook.

La prochaine Born To Ride aura lieu du 07 au 12 juin 2019.

Et la ville de départ, d’arrivée, la thématique ainsi que les CP seront dévoilés lors du Roc d’Azur 2018 soit du 10 au 14 octobre 2018.

Plus que deux mois à attendre 😉

@ bientôt

209 total views, 15 views today

Publié dans 2019, Born To Ride | Laisser un commentaire

Des roses aux gués

Bonjour,

Hier, j’ai de nouveau sorti mon Sobre en mode Gravel avec l’intention d’aller voir les gués de Soignolles-en-Brie.

Je m’élance donc vers 9h30 pour cette petite balade. J’ai décidé en vue des vacances de tester l’application Android d’Openrunner afin de valider son utilisation ou non.

A savoir, mon téléphone était fixé au cintre de mon vélo via un support Quadlock que je vais tester pour la première fois. J’avais un doute quant à la bonne tenue de la fixation universelle sur la coque car l’adhésif n’était pas censé tenir dessus. A la fin de la sortie, tout était encore là. Par conséquent le support est validé.

Mais revenons au but de ce billet, à savoir, le récit de ma balade.

Au bout de la rue Maurice Cardette à Yerres, j’opte pour une séance de portage dans les escaliers pour rejoindre le sentier des Roches. Cette option du parcours aurait pu se faire sur le vélo en contournant l’obstacle.

Mes tours de roue m’amène alors au chemin de la prairie à Yerres. Je découvre alors un chemin que je ne connaissais pas et qui me fait découvrir une autre vision de la plaine en Montgeron et Yerres.

Au bout du chemin, près des enclos du centre équestre, je prends un chemin qui longe l’Yerres et qui me fait rejoindre la voie verte le long de cette rivière.

« Petit tonnerre » broute paisiblement dans les près.

A la sortie de la voie verte près de la piscine de Yerres, je poursuis mon trip en allant récupérer le chemin des bulottes. Avant d’entreprendre le portage de mon vélo dans cette petite pente. J’ai eu une pensée aux dividers qui tentent de traverser la France sur la trace prévue par Samuel Becuwe, plus connue sous le nom de French Divide. Pourquoi cette pensée, car une montée impossible peut être parfois une bonne surprise au détour d’un chemin. A vous de juger avec la photo.

Le GPS me fait poursuivre ma découverte des chemins du Mont Griffon à Yerres. A la sortie du bois, je retrouve le « jardins des bébés », puis la rue Royale que je prends pour la première fois. Au bout de celle-ci, je récupère la rue des Dames qui est bien jolie rue.

J’emprunte la Tégéval jusqu’à retrouver le chemin des roses à Mandres-les-Roses. La Tégéval est toujours en cours de construction. Je suis tombé notamment sur un chantier de réhabilitation d’un ancien pont de chemin de fer qui permettait au train des roses de rejoindre Paris.

Le chemin des roses va me permettre de traverser Brie-Comte-Robert sur la route de Soignolles. Et le long de ce chemin, dans l’ancienne gare de Grisy-Suisne, se trouve le musée des roses.

A Coubert, je sors du chemin pour prendre une route parallèle. Sur cette route, un jeune lièvre me barre le chemin. Je le prends en photo et je repars. Autant vous dire qu’il m’a lâché en deux bonds. Je n’ai pas pu garder son sillage 😀

A Soignolles, je m’offre le passage des gués carrossés de la commune qui permettent de rejoindre Barneau. Sur le premier, j’ai fait peur aux jeunes alevins qui se réchauffaient aux rayons du soleil.

Depuis Barneau, j’ai coupé l’application Openrunner car mon téléphone commençait à être limite au niveau de la batterie. C’est bon à savoir pour les vacances, il faudra prévoir une batterie d’appoint.

En direction de Limoges-Fourches, je croise quelques « vaches » franciliennes 😉

Dans les champs autour de Villaroche, je me dis que le meeting du 9 septembre sera visible à des kilomètres à la ronde. C’est bien pour les spectateurs qui viendront le voir.

Peu avant Moissy-Cramayel, je tape dans mes réserves. Je pense que j’ai vu trop grand au vue de ma condition physique du moment et mon entrainement surtout.

A Lieusaint, j’ai essayé de voir s’il y avait un distributeur de boisson à la gare mais j’ai fait chou-blanc. J’ai donc continué à mon rythme de sénateur.

Au final, je suis très fier de moi. J’ai souffert sur la fin. Mais j’ai joué avec les alevins et bouclé ma meilleure performance de l’année.

Relive ‘Morning Aug 12th’

@ bientôt.

199 total views, 11 views today

Publié dans 2018, Gravel bike, Randonnée, Randonnée gravel | Laisser un commentaire

Balade en forêt

Bonjour,

Hier, dimanche 5 août, je suis remonté sur mon vélo pour aller me promener dans la forêt de Notre Dame.

En effet, j’ai décidé de faire une infidélité à la forêt de Sénart pour aller voir comment c’est ailleurs.

Je me suis donc tracé sur Komoot, un petit parcours de 48 km me permettant d’aller rouler sur les terres d’Olivier Raffy, un membre de Vélotrainer.

Je commence par cheminer dans les jolies rues de Montgeron qui a des endroits forts jolis et bucoliques.

Par contre, les communes du Val d’Yerres ont un peu de mal avec des infrastructures cyclables accessibles à tous les cyclistes, qu’ils soient couchés, droits, en tandem ou avec une remorque à bagage ou à enfant. C’est dommage. Voici un petit florilège de ce que j’ai croisé sur mon chemin aujourd’hui.

Et je ne parle pas de l’entretien des pistes cyclables qui ont le mérite d’exister. Mais quand on voit la photo suivante, on est en droit de se dire : « est-ce qu’on laisserait un arbre empiété sur la chaussée si c’était une voie pour voiture ? »

Mais fort heureusement, ces petits problèmes d’infrastructures ne m’ont pas empêché de profiter de ma sortie.

Au détour d’une rue, mon regard est attiré par un mur ancien avec du texte à l’ancienne. C’est ainsi que je tombe sur les anciens bains-douches de Montgeron. Nos communes recèlent encore de nombreux clins d’œil au passé.

Sur les bords de l’Yerres, je fais une panoramique du ponton d’observation de la plaine.

Mon Sobre m’emmène sur de nouveaux chemins à la conquête du Mont Griffon ou plutôt de ses premières rampes LOL.

J’arrive alors à un petit coin d’herbe sur la commune de Yerres où ont été plantés les arbres liés aux bébés de l’année 2010. D’un côté, vous avez un panneau localisant chaque arbre et leur essence.

Et de l’autre, vous avez les arbres.

A quelques hectomètres de ce coin de verdure, le château du Maréchal de Saxe impose sa silhouette au bout de son allée.

Mon GPS me fait prendre la piste cyclable longeant la Nationale 19. Celle-ci me fait passé très proche du futur tunnel de contournement de Boissy-Saint-Léger tant attendu par les habitants des environs.

La mairie de Boissy se présente ensuite à moi pour se faire tirer le portrait. Mais sans grand angle, c’est difficile de tout faire rentrer dans le cadre 😉

La fôret de Notre Dame m’accueille sur ses chemins et l’ONF fait de la communication pour les nombreuses animations qu’elle offre tout au long de l’année dans ses forêts domaniales.

Au détour d’un carrefour forestier, ma monture décide de faire un pause ainsi que son cavalier 😉

Le château des Marmousets s’expose dans la verdure.

Plus loin, après avoir visiter le complexe de modélisme départemental Jean Roy des Marmousets, une pause technique permet à mon Sobre de bronzer et aux fougères de prendre la pose.

A la sortie de la forêt, mon parcours me fait passer devant l’église de Lésigny dont le clocher se dessine sur fond de ciel bleu.

En poursuivant vers Férolles-Attily, je m’arrête prudemment pour faire une belle photo de la route ombragée.

En passant dans Servon, à quelques mètres sur la gauche après l’entrée de la commune, un magnifique transformateur s’expose à l’ombre.

Sur la fin du parcours, le sourire de votre serviteur en dit long sur le plaisir de la sortie.

Relive ‘Morning Aug 5th’

@ bientôt

259 total views, 13 views today

Publié dans 2018, Gravel bike, Randonnée, Randonnée gravel | Laisser un commentaire

Bilan du mois de juin 2018

Bonjour,

Voilà déjà quelques jours que nous sommes au mois de juillet, il est peut-être temps de faire un petit bilan du mois de juin 😀

Ce mois de juin fut pour moi un mois de reprise après près de 6 mois sans monter sur une bicyclette.

J’ai en trois sorties réalisé à peine plus de 64 km de vélo. Ce n’est pas beaucoup 😉

Pour le moment, l’exploration se fait assez proche de mon domicile. Mais prochainement, je vais partir à la redécouverte de la Brie et de ses alentours.

Bonnes vacances à ceux qui partent.

@ bientôt.

472 total views, 9 views today

Publié dans Bilan, Bilan mensuel | Laisser un commentaire

Ca pique les bosses

Bonjour,

Hier dimanche, avant de regarder la fin du championnat de France de cyclisme sur route homme en mode récupération, je suis sorti faire une petite sortie d’entrainement.

Oui, oui, j’ai mis entrainement car j’ai rencontré quelques petites bosses plus ou moins connues.

Mais avant d’affronter du pourcentage, j’ai fait le cyclotouriste en mode « laissons le hasard nous guider ».

Pour commencer, en cette belle journée bien ensoleillée, j’ai croisé une maison qui annoncé la couleur concernant le caractère de leur compagnon à quatre pattes.

Les rues de Montgeron sont très agréables pour se balader.

Cheminant aux grès des rues et des chemins, j’arrive en face du lavoir de Crosne. Le coin est vraiment très calme à quelques kilomètres à peine de Paris.

C’est en poursuivant ma balade, que je suis tombé sur ce petit panneau annonçant un moment d’effort non négligeable.

Heureusement que j’étais parti avec mon Sobre Multi. Les développements de VTT m’ont permis d’escalader cet obstacle en me treuillant au sommet.

De là, je me suis rendu au pied du Mont Griffon, point culminant de la commune de Yerres, pour suivre un chemin descendant alternant cailloux, sables, terre et racine. Il est très plaisant .

Je continue après ce moment ludique en forêt par le bitume pour prendre la direction de Villecresne et de sa promenade du Réveillon. Les chemins me mènent ensuite en direction de Brunoy où je décide de suivre l’itinéraire vélo mis en place par la commune en direction de la forêt de Sénart. Malheureusement cet itinéraire n’est pas partout super bien fléché. Heureusement que je connais bien le coin maintenant après 4 ans à y résider.

Les belles allées de la forêt de Sénart sont de belles avenues bordées d’arbre. Je pense que des vélos de route bien équipés peuvent les emprunter sans trop de souci.

Au carrefour de la Croix de Villeroy, j’ai cherché les panneaux qui indiquent qu’on ne peut pas prendre la Nationale 6 en direction de Brunoy. Je ne les ai pas vu.

Ce qui est par contre choquant, c’est que rien n’indique que la Nationale 6 en direction de Lieusaint est interdite aux vélos. Techniquement, rien ne l’interdit car une nationale est utilisable par les vélos, même la célèbre Francilienne qui sur Lieusaint n’est pas indiquée comme voie pour voiture. Par conséquent, les vélos peuvent l’emprunter. Mais en pratique, c’est presque du suicide de la prendre.

En ce début d’été, le fourrage a été fauché et a déjà été mis en botte de paille à proximité de Tigery.

Au final, ce fut une belle balade. Ça fait du bien de reprendre le vélo et de faire de l’exercice tout en prenant du plaisir à profiter des paysages.

Maintenant, place à l’allongement des distances et la reprise avec « Black Runner », mon vélo de route, pour faire des kilomètres et retrouver le rythme. Et pourquoi pas un petit 100 km au début de l’automne.

Relive ‘FFCT – Gravel – 1807#01 – Petite balade exploratrice’

@ bientôt.

488 total views, 10 views today

Publié dans 2018, Gravel bike, Randonnée, Randonnée gravel | 2 commentaires