Dur, dur le vélo

Bonjour,

Hier, dimanche 08 février 2015, je me lance pour la deuxième fois sur les routes et les chemins autour de Brunoy.

Au départ, une petite pluie s’invite, mais nous ne sommes en sucre, on continue. Je chemine sur les rues de la commune. Je tourne à un moment à droite dans le rue du Lavoir. Je me retrouve à traverser l’Yerres sur un petit pont et à rouler sur les chemins bordant la rivière. Ces chemins sont tantôt roulant mais sales, tantôt boueux. Je progresse à 10/11 km/h. Normal vu mon manque d’entrainement.

Au bout de 2 km, je vire à gauche pour passer un petit pont à pied. Il sert de passerelle à une petite écluse. Je fais une pause. C’est à ce moment que je croise un joggeur qui me propose de faire la montée avec lui. Je lui dis pourquoi pas mais je ne connais pas la montée. Il me répond : « Tu vas voir, elle pique les jambes. Ce sera ma troisième montée du matin ». Au pied de la montée, on fait jeu égal. Mais au bout de 100m, je m’incline. Le coeur est dans la zone rouge et mon joggeur accélère. Le bougre était bien affuté. Je ne sais pas s’il préparait une course ou un trail, mais il est en forme. Je lui souhaite bonne chance.

Au sommet de la bosse que je finis à pied, je fais une nouvelle pause. Je vérifie ma position sur la carte du GPS et je repars en exploration. Arrive une descente, un léger devers, une plaque d’huile et une route humide. Vous avez bien sûr reconnu le cocktail idéal pour une chute. Et c’est ce qui arriva, je freine légèrement de l’arrière et là je sens la roue arrière partir. Je n’ai rien pu faire à part me poser sur le bitume et glisser un peu. Par chance, aucune casse matérielle ou humaine, juste une belle contusion à l’endroit où ma fesse a atterrit sur le goudron. Un automobiliste qui a vu la chute s’est arrêté et m’a demandé si tout allait bien. Je fus surpris et je l’en ai remercié après lui avoir dit que tout était bien.

Je repars tranquillement après quelques petites minutes de récupération des esprits. J’ai pour objectif de repérer des passages pour le vélo de route et notamment la piste cyclable dans la forêt de Sénart. J’explore le coin et j’opte pour sortir de la vallée de l’Yerres pour l’avenue du Petit Château. Je passe devant les militaires qui gardent un établissement juif et je me place en 10ème position du KOM de Strava. Et je dois avouer que mon poids et ma condition actuelle ont été ravi d’être avec des développements de VTT.

Je poursuis ma balade dans les rues de Brunoy pour aller retrouver la place de la pyramide et traverser la Nationale 6. Je trouve sans trop de souci la piste cyclable qui est en bon état et goudronnée. Vu que nous sommes en forêt, il y a quelques feuilles dessus mais rien de trop important du fait du passage. Un pneu de route de compétition peut ne pas aimer, mais je pense qu’un gravel bike sera vraiment à son aise.

Arrivé à Tigery en passant par la Faisanderie, je reprends la route de Boussy-Saint-Antoine. Je passe les roumaines qui font le pied de grue. Je les plains car il ne faisait pas très chaud avec un fort vent et vu leur activité, elles étaient peu vêtues.

Je rentre sur Brunoy par la rue de Brunoy et je descends prudemment vers la rond point du restaurant La Villa de Médicis.

Au final, je fais un peu plus de 26 km à tout juste 15 de moyenne. La distance s’allonge et je pense prochainement tester le vélo de route. Vivement que les températures se réchauffent.


Bonne semaine à tous.

20,680 total views, 1 views today

Ce contenu a été publié dans 2015, Randonnée, Randonnée tout-terrain. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Dur, dur le vélo

  1. lariegeoise dit :

    Mon pauvre Damien, pas de bol pour ta première sortie. Bon rétabli toi car tes copains ont besoin de toi en VTT. Tu fais la prochaine compétition avec eux.
    Dommage on n’a pas eu droit à tes photos cette fois-ci! Bon on attendra le printemps.
    Continue ta remise en route sportive et porte toi bien

Laisser un commentaire