Et Paf, le pneu

Bonjour à tous,

J’espère que vous avez passé un bon week-end.

Le mien fut bon, malgré quelques soucis à vélo.

Samedi 10 septembre, je profite de mon bon de sortie pour me tracer une petite boucle d’une quarantaine de kilomètres. (Spoiler : je n’ai même pas vu le 30ème kilomètre).

Je suis donc parti à la découverte de nouvelles routes et de bien sûr d’ambiance et de paysage. Le vélo c’est un sport magnifique quelque soit l’allure de la pratique. Je prends toujours du plaisir à admirer les paysages.

Ma première contrariété, c’est mon GPS Garmin Edge 830 qui a décidé de passer en mode économie d’énergie. A croire qu’il écoute plus les médias et les politiques que moi. Je ne vois plus le tracé en temps réel et il daigne même pas m’indiquer les changements de direction… Bilan, je m’élance dans une petite descente bien sympa et voilà qu’il me dit que je suis hors parcours… Je remonte donc la côté pour reprendre mon parcours.

Après cette première mésaventure, je poursuis ma balade. Je descends sur Idron. Je croise deux pépères dans leur pré.

Une paire bien pépére

A ce moment de ma sortie, je ne savais pas encore que j’allais affronter l’IdronBerg (tel est le nom donné à ce segment sur Strava). Pour un mont, il pique un peu avec ses 12%. Je reconnais que dans la bosse, je suis devenu temporairement piéton 😀

Mais cette ascension m’a permit de découvrir un bien joli quartier.

Ma balade se poursuit avec bonheur. J’ai même osé les mains en bas de mon cintre de route. Première fois que je suis à l’aise dans cette position. Et ça envoie du lourd. C’est génial.

A Nousty, je prends la direction de petites routes qui me le rendent bien.

La campagne française

Un beau troupeau bien paisible

Plus loin, le sommet du coin se dresse du haut de ses 2876m, je veux bien sûr parler du Pic du Midi.

Le Pic du Midi

En cette fin d’été, nos amis de la DDE rapiècent les routes avec leur célèbres mélanges de goudron et de graviers. Et vu que les graviers doivent être en promo, ils en mettent une bonne couche. En passant dans cette belle couche avec prudence, un des graviers à l’esprit voyageur a décidé de se coller à mon pneu arrière. Devant tant d’amour, mon pneu n’a pu retenir sa joie… Et paf, le pneu. La première couche est coupée sur 5 cm. Le préventif colmate le trou.

Je décide de poursuivre, mais à l’approche du cimétière d’Artigueloutan, mon pneu décide de donner son dernier soupir. Plus d’air. Je me dirige donc vers l’abribus pour passer en chambre à air. Et oui, le tubeless a beau être fiable, il faut toujours être prudent.

Le changement fait et la cartouche percutée, on peut reprendre son chemin. Je monte la petite bosse en direction de la route de Tarbes. De là, je décide de prendre la départementale plutôt que les chemins de traverse. je file à 30 km/h. J’en profite pour faire un arrêt pour découvrir ce que cache une stèle que je croise tous les jours en allant au travail.

Marcel Biard - 19/08/1944

Mais plus j’avance et plus je sens une hernie se former. Et ce qui devait arrivé, arriva. Le dernière couche de protection du pneu a décidé à son tour de rendre l’âme entrainant la fin de ma chambre à air. Oui, une chambre à air ce n’est pas un boyau.

Un cycliste s’est arrêté pour me proposer de me dépanner. Merci à lui s’il passe un jour sur mon blog.
Malheureusement vu l’état du pneu, même une chambre à air neuve n’aurait rien pu faire. J’ai alors appelé mon assistance d’Amour qui est venu me chercher devant le poissonnier l’Hospital à Idron.

Au final, bien que je ne boucle pas mon périple pour la première fois de ma vie de cycliste, j’ai apprécié ma balade pour ses paysages et ses sensations.

@ bientôt

 245 total views

Publié dans 2022, Randonnée, Randonnée route | Laisser un commentaire

La Vallée Heureuse…

Bonjour,

Hier, c’était la rentrée des classes.

J’ai profité d’avoir pris ma journée, pour accompagner notre fille en Moyenne Section, pour aller rouler avec mon épouse.

J’avais tracé un parcours via la Vallée Heureuse. Autant spoiler de suite, ce fut un vrai traquenard pour moi et mon niveau d’entrainement.

Le début du parcours fut tranquille. Nous avons cheminé vers les environs de la gare de Pau.

A Gelos, on prend la direction de Bosdarros. Le début de la Vallée Heureuse est « facile » en faux-plat montant. C’est juste la fin qui devient rude, très rude pour moi. Bien qu’avec mon VTT, j’ai lutté pour monter cette bosse.

Mais les paysages et la vue au sommet valent l’effort.

Plutôt que de partir vers Bosdarros, on prend la direction de Rontignon. Et là, nouvelle bosse toute aussi dure que la première. C’est là que je me dis qu’un nouveau vélo routier/longue distance est à réfléchir. En effet, avec « Black Runner », j’aurais eu du mal à grimper… sur le vélo.

Au sommet de Rontignon, la vue est toute aussi magnifique. C’est presque une valeur sûre dans la région. Quand tu luttes pour grimper très souvent tu as le droit à une double récompense : une vue superbe et une belle descente.

Et oui, car au sommet de la bosse, il faut bien redescendre. Que c’est jouissif de descendre à plus de 50 km/h. Un vrai bonheur.

Le retour se fait en plaine via Uzos. On passe même devant l’usine des produits de Françis Miot.

Sur le chemin du retour, nous savons qu’une côte à 15% est à franchir. C’était sans mon analyse de la carte qui nous permit de prendre un contournement bien plus cyclable.

Je reconnais que je l’ai monté à pied. J’étais un peu cuit du début de la sortie. Et je pense que je me suis mal hydraté. Malgré la chaleur, je n’ai bu qu’un bidon. Pour 2h00 de balade et d’efforts, c’est bien peu.

Une belle sortie où ma Wonder Poupouille m’a impressionné. Je suis fier d’elle.

Le parcours est un bon parcours étalon.

@ bientôt

 121 total views

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Allons vers l’Est

Bonjour à tous,

Dimanche 28 août, je suis parti en solo à la découverte de l’Est du Béarn.

J’ai commencé mon parcours en prenant une nouvelle route dans Pau qui m’a permit d’emprunter une voie verte très charmante.

Un chemin bucolique

En plein coeur de la ville, je tombe sur un jolie cadre bucolique. Je vous laisse faire votre jugement.


Un ancien passage à gué

Mes coups de pédales me font poursuivre mon périple en direction d’Idron. Ma curiosité me fait prendre une petite rue accueillante. Je ne savais pas que c’était un passage vers une autre dimension. Je vous laisse juger de cette nouvelle dimension.

La campagne magnifique

Ambiance rurale

En poussant en direction de Nousty, le Pic du Midi de Bigorre présente sa majestueuse silhouette.

Pic du Midi

Toujours dans la vallée, je croise un classique des campagnes françaises, un duo cheval/âne.

Duo cheval/âne

Voici qu’arrive le morceau de cette balade béarnaise. A Espoey, il faut grimper sur le plateau de Ger. Je me « treuille » lentement sur ces pentes à 6/7% et j’arrive en haut pour profiter d’une vue magnifique sur les Pyrénées.

Les Pyrénées

Les Pyrénées

Le retour vent dans le dos et en faux-plat descendant permet de bien faire remonter la moyenne et de flirter avec les 30/35 km/h. Que du bonheur.

De retour dans la plaine qui borde Pau, je crois un symbole des campagnes françaises.

La France chrétienne

Ainsi s’achève une belle balade d’un peu plus de deux heures de bonheur et de plaisir. C’est ça le vélo.

@ bientôt

 33 total views,  1 views today

Publié dans 2022, Randonnée, Randonnée route | Laisser un commentaire

A la découverte du Béarn

Bonjour à tous,

Ce week-end, la reprise du vélo a continué son envol.

En effet, j’ai été usé de la gomme sur de nouvelles routes béarnaises.

Autour de Pau, il n’est pas évident de trouver des parcours où vous ne vous prenez pas des côtes à 10% dans les jambes. J’avoue que je suis devenu un accroc aux préparations de parcours à l’aide d’OpenRunner ou de Komoot. Ca permet d’éviter les surprises.

Donc ce samedi, je suis parti sur un parcours soft. Il a commencé par la remontée du Boulevard de la Paix à Pau où la seule difficulté est d’avoir des feux rouges qui ont la fâcheuse tendance à rougir à votre arrivée 😀

Arrivé sur Lescar, on commence la partie campagnarde du parcours. On y croise aussi la première petite bosse qui passe presque crème.

Quelques kilomètres plus loin, en entrant sur la commune de Poey-de-Lescar, je bénis le fait de rouler en tubeless. En effet, un silex a décidé de faire une belle entaille dans la bande de roulement de mon pneu. Le préventif a fait son effet au bout de quelques dizaines de mètres. A aucun moment, je n’ai été en danger et à aucun moment le pneu était à plat.

Aperçu de l’entaille après la sortie.

Au passage, je tiens à remercier les deux cyclos qui m’ont demandé si j’avais besoin d’aide en me voyant arrêter sur le bas-côté. Ce n’est pas à Paris que l’on aurait vu cela.

Après ce petit moment mécanique bucolique, je continue mon parcours qui m’emmène à Bougarber. Très joli village béarnais où l’ancien salon de coiffure a gardé son jus d’antan et une belle porte d’un autre temps vous accueille.

Un salon de coiffure d'antan

Un salon de coiffure d’antan

Une porte accueillante

Une porte accueillante

Il en faut peu pour rendre un cyclo heureux.

Un cyclo heureux

Un cyclo heureux

Plus loin, un bel arbre trône fièrement au milieu des champs.

Un bel arbre

Un bel arbre

Mes coups de pédales m’amène à traverser un petit ruisseau qui a encore de l’eau. En cette période de sécheresse nationale, c’est un point à signaler.

Un joli petit ruisseau

Un joli petit ruisseau

Après un passage par un combo descente/montée, voilà que j’aperçois un tractopelle. Ni une, ni deux, c’est la photo pour Gepeto, mon fils. Il adore les tractopelles.

Un tractopelle au repos

Un tractopelle au repos

Quand je suis passé devant ce champ, j’ai eu une pensée pour Veloblan. Voilà de vraies vaches.

De vraies vaches

De vraies vaches à l’ombre

De vraies vaches

De vraies vaches qui préfèrent la bronzette

En passant par Caubios-Loos, je découvre une aire de pique-nique joliment décoré par les habitants. Ca valait bien quelques photos.

Petite explication de l'existence de l'aire

Petite explication de l’existence de l’aire

Une vue d'ensemble

Une vue d’ensemble

Le gardien de l'aire

Le gardien de l’aire

Un thème bien choisi

Un thème bien choisi

En poursuivant mon parcours à travers les champs de maïs, j’aperçu Jean-Pierre. Jean-Pierre c’est le surnom donné localement au Pic du Midi d’Ossau.

Le Pic du Midi d'Ossau, dit Jean-Pierre

Le Pic du Midi d’Ossau, dit Jean-Pierre

Pour finir, je m’arrête pour une dernière photo à l’entrée de la forêt de Bastard où je shoote un petit habitant de la forêt.

Un habitant de la forêt

Un habitant de la forêt

Au final, j’ai réussi à faire des bornes sans faire souffrir mon genou.

Ce fut une bonne balade. Maintenant, on va rajouter un peu de D+ aux prochaines sorties afin de se muscler un peu.

 48 total views,  1 views today

Publié dans 2022, Randonnée route | Laisser un commentaire

Balade en Béarn

Bonjour à tous,

Voici un nouvel article sur mon blog.

Le week-end dernier, c’est-à-dire celui du 15 août, m’a permit de faire des balades en famille.

En effet, mon épouse veut faire Péking Express et elle commence la préparation physique.

Nos enfants adorent faire du vélo avec nous. Quand je dis « faire du vélo », cela signifie que l’un d’eux s’installe sur le porte-enfant (On ne dit plus porte-bébé car Kikine n’est plus un bébé) et le deuxième monte dans la remorque avec les doudous.

Je vous rassure, je ne suis pas un monstre en laissant tout le poids à mon épouse. Elle roule avec un vélo électrique qui l’aide à tirer les 50 kg supplémentaires que représentent nos deux petits supporters et la remorque.

Donc autant joindre le plaisir au vélo.

C’est ainsi que le samedi 13 août, nous sommes partis explorer les environs de Pau sur un parcours que j’avais tracé précédemment sur OpenRunner.

Nous sommes partis via la vallée de l’Ousse jusqu’à Artigueloutan. En ce week-end d’août, le parcours était très tranquille avec très peu de trafic routier. Ce fut une super balade qui a plu à tous.

 

Le lundi 15 août, nous décidons de repartir explorer un autre coin du Béarn.

J’ai tracé rapidement un parcours sur Komoot et nous voilà à suivre cette trace. J’ai essayé de garder le dénivelé raisonnable. L’idée étant de découvrir la région et de prendre du plaisir.

Le parcours chemine à travers les champs de maïs. Un chemin carrossable nous permit de faire un peu de gravel. Gepeto fut un peu secoué dans la remorque. Mais tout le monde était content.

Sur la fin du parcours, nous fîmes un détour via Sendets. Sans le savoir, nous sommes passé lors de la fête du village. L’ambiance était survoltée.

C’est ainsi que nous avons rajouté une trentaine de kilomètres au compteur.

 

Tout le monde adore ces balades. Donc que nous réserve le week-end prochain.

Ce sera la surprise.

@ bientôt.

 44 total views,  1 views today

Publié dans 2022, Randonnée route | Laisser un commentaire

Born To Ride 2023 – « Les Phares » – Et si… ?

Bonjour,

Cela faisait un peu de temps que je n’avais pas évoqué la Born To Ride. En 2018, son parcours le long de la côte avec une arrivée au Mont Igueldo de San Sebastien m’avait fait rêver. En 2020, son départ de la forêt de Rambouillet m’avait donné envie de la faire. Par deux fois, j’ai manqué de motivation et le voyage rentrait en concurrence avec la naissance de mes enfants. Le manque de motivation pour aller rouler peut se comprendre.

La prochaine édition, en juin 2023, reprendra un parcours proche de celui de 2018 vu qu’on doit relier Saint-Malo à Biarritz. L’étincelle s’est rallumé dans ma tête.

Toutes les planètes sont alignées. L’itinéraire me plait. Il passe par de nombreux lieux où j’ai d’excellents souvenirs. D’autres m’attirent. La période ne devrait pas être trop chaude ni trop froide (quoique avec la météo en freestyle complet ces derniers temps, on ne peut être sûr de rien). Avec mon épouse, nous avons pas prévu de petit frère ou de petite sœur à nos enfants. Il manque plus que l’entrainement et un peu de réflexion. Bref, c’est parfait.

Je vais suivre le nombre de places disponibles. Je vais en profiter pour recommencer à rouler. Après trois ans sans vélo (COVID et manque de motivation), je crois bien que je suis un peu en manque d’entrainement+++

Cela s’est confirmé lors de ma reprise du vélo à lire ici.

@ bientôt

 852 total views,  4 views today

Publié dans 2023, Born To Ride | Laisser un commentaire

Et c’est reparti…

Bonjour,

Après pas mal de temps à ne pas rouler, j’ai enfin repris le vélo pour mes 43 ans.

Quand j’ai voulu remettre mes tenues de cycliste d’il y a 3 ans, j’ai vite compris que les 15 kg sur la balance ne sont pas que des chiffres… C’est aussi un peu plus de poids sur le bonhomme et moins d’espace pour le textile. 😀

Si on rajoute que mon médecin m’a dit de faire attention à la maladie du fois gras. Je suis encore jeune. J’ai deux enfants et une femme qui m’aiment. Je dois prendre soin de moi. Donc je vais me reprendre en main.

Et vu que je suis passionné de vélo, que j’habite une nouvelle région, ce serait bête de ne pas en profiter.

Par conséquent, pour mes 43 ans, j’ai repris le vélo. Pour ma première petite boucle de 28 km, j’ai pris le VTT. Et oui, au moins, si ça grimpe trop, je pourrais me treuiller tout à gauche. 😀

Vu que cela fait trois ans que je n’ai pas joué avec mes jouets : GPS et téléphone, etc… Le téléchargement du parcours vers le GPS ne marche pas. J’ai donc pris mon téléphone pour me guider. Sauf que son écran n’est pas fait pour être lisible en plein soleil. Si on rajoute que je n’ai pas encore tous les réflexes avec l’application Openrunner, j’ai suivi le parcours en sens inverse.

Donc les segments de couleur rouge sur la carte qui indiquent des pourcentages de 10%, je l’ai pris en montée au lieu de les prendre dans l’autre sens… No comment.

Quand on sait que chaque côte que j’ai prise était plus pentue que celles que je prenais en IDF. On comprends vite le niveau de difficulté pour moi.

Le début se passe bien. Ca monte en faux plat mais c’est classique pour un cycliste. J’ai juste le cœur qui monte un peu plus qu’avant. « Manque d’entrainement, qu’il disait ».

En allant vers Buros, je passe devant une ferme qui fait de la vente directe. Son nom est un joli jeu de mot : « Pau de vaches ». Je vous laisse deviner ce qu’elle produit 😉

Plus loin, je passe non loin d’une autre ferme, la ferme Spir’up. Sa spécialité est la culture de la spiruline.

Dans la montée, je suis la trace de mon GPS (en sens inverse, je vous rappelle) et je tourne donc à gauche. Se faisant, je sors de la montée tranquille qu’on peut faire au train pour me prendre une montée défoncée et on ne peut plus coriace. Généralement prendre le raccourci d’un lacet n’est pas forcement le chemin le plus facile…

Joli point de vue

Joli point de vue

A Saint-Castin, les cloches de l’église sonnent à tout va. Ce n’est pas pour fêter mon arrivée en haut de la bosse mais plus, je pense, pour fêter un mariage. En France, un samedi d’été c’est somme tout logique.

Joli point de vue

Eglise de Saint-Castin

Je pars vers l’ouest où les routes sont bien roulantes. Que du bonheur après la portion grimpante.

Le passage vers Serres-Castet m’offre une belle descente. Mais qui dit descente, dit forcément montée à un moment quelconque. De cycliste, je suis passé à piéton tellement j’étais un peu cuit.

Arrivé au sommet, je retrouve une descente qui m’emmène vers la Cueillette de l’Aragnon, puis la forêt de Bastard, où je trouve (grâce à Openrunner) des points d’eau potable qui me permettent de refaire le plein.

La fin du parcours me fait remonter le boulevard de la Paix à Pau.

Cette petite sortie me confirme que la route est longue avant de partir de Saint-Malo.

 

PS : Merci à mon épouse d’avoir garder nos enfants pendant cette sortie.

 76 total views,  1 views today

Publié dans 2022, 2023, Born To Ride, Randonnée, Randonnée route | Laisser un commentaire

Gravel Tro Breizh, French Divide, Race Accross France, etc…

Bonjour,

Que cache mon titre ?

Vous connaissez certainement (si vous m’avez suivi par le passé, c’est presque sûr) les noms des épreuves que j’ai cité dans mon titre.

Par ce billet, qui risque d’être un peu plus long que ma moyenne, je vais vous parler des épreuves ultra, mais pas que.

Tout d’abord, pour les nouveaux, voici un bref résumé de chacune de ces épreuves ultra.

La Gravel Tro Breizh

La Gravel Tro Breizh est une des épreuves d’aventure ultra hors de la route en France. Comme son nom l’indique, elle se déroule en Bretagne. Tous les ans, Fred, aka la Marmotte, explore sa région pour nous la faire visiter de long en large. A chaque édition, la météo bretonne est un des éléments qui la rende épique (tempête, orage, chaleur, etc…). Et chaque édition offre un film magnifique qui nous invite nous aussi à prendre notre VTT ou notre Gravel et à s’inscrire à cette magnifique épreuve humaine.

Au passage, merci Fred de nous faire rêver tous les ans.

La French Divide

Cette fois-ci, c’est grâce à Armand et son équipe que la French Divide existe. Cette épreuve nous fait traverser la France de son point le plus au Nord de l’Hexagone à la limite de la frontière belge jusqu’au Sud à Mendionde dans le Pays Basque français.

Une aventure hors des sentiers battus de près de 2 semaines.

Sur mon blog, vous pourrez retrouver plusieurs liens vers des vidéos des précédentes éditions.

La Race Across France

La Race Across France est une sorte de spin-off de la Race Across America (RAAM). Cette épreuve vous fait encore traverser la France du Nord au Sud (pour l’édition 2022) mais par les routes de l’Hexagone.

En soit c’est un défi accessible à tous moyennant une préparation adaptée. Cette épreuve est du même niveau d’exigence qu’un Paris Brest Paris. Sauf qu’elle ne nécessite pas de valider des brevets qualificatifs.

Mais en terme de délais, elle est plus large qu’un BRM (Source délai BRM : http://cyclo-long-cours.fr/brm/ – Source délai RAF : https://www.raceacrossfrance.cc/disciplines/race-across-france/).

Exemple 1

  • BRM 300 km – délai de 20h
  • RAF 300 km – délai de 24h

Exemple 2

  • BRM 600 km – délai de 40h
  • RAF 500 km – délai de 40h

Exemple 3

  • Paris Brest Paris 1200 km – délai de 96h
  • RAF 1000 km – délai de 120h

Celui qui réussit un BRM peut normalement sans soucis réussir une RAF. Et inversement, car un PBP a un D+ de 11000m pour 1200km. La RAF a un D+ de 22000m pour 1000km.

Je compare volontairement ces deux types de brevets car ils se font tous les deux sur routes ouvertes avec des barrières horaires et des équipements équivalents (vélo de route équipé pour rouler en nuit et par tous les temps). Seul le dénivelé positif est différent (en moyenne le double à kilométrage identique pour la RAF)

Mais c’est quoi ces BRM ?

Les Brevets des Randonneurs Mondiaux

Les Brevets des Randonneurs Mondiaux (BRM) sont bien plus vieux que  les 3 épreuves citées avant.

Ils sont organisés sous l’égide de l’Audax Club Parisien (ACP) qui est un club très ancien affilié à la FFVélo (Fédération Française de Cyclotourisme).

Les BRM sont une organisation mondiale avec des dates un peu partout autours du globle. Leur principale raison d’être est d’ouvrir les portes de l’Everest du Cyclotouriste : le mythique Paris-Brest-Paris.

En effet pour participer au PBP, il faut valider un BRM 200, un BRM 300, un BRM 600 l’année de l’organisation du PBP. Et si on veut être prioritaire à l’inscription, il faut de plus valider au moins un BRM 200, l’année qui précède le PBP.

Bref, pour participer au Paris-Brest-Paris, il faut déjà avoir user de la gomme sur le macadam.

Et le budget dans tout cela ?

La question du budget est une bonne question. Car on peut s’entrainer et avoir la condition physique pour réussir son objectif. Mais que ce soit pour être sur la ligne de départ ou pendant l’épreuve, il faudra accepter quelques dépenses.

Dans cette partie budget, j’exclue le prix du vélo car le vélo et son équipement est quelque chose de très personnel. J’exclue également les casses et pannes qui peuvent survenir sur l’épreuve car là aussi c’est très personnel (Chacun à son niveau de « chat noir » à gérer).

La participation à BRM 200 km tourne autours des 5/10€ l’inscription et cela monte jusqu’à 150€ environ pour le PBP. La Ronde d’Aliénor d’Aquitaine (un BRM 1200) a une inscription à 90€.

Ces montants sont à comparer à une RAF de 1000km qui est à 299€ l’inscription. Sur une RAF vous avez en plus un tracker GPS qui est fourni au début de l’épreuve pour suivre votre avancement et vous assurez une sécurité 24/24. C’est cet équipement qui justifie l’écart de prix important entres les épreuves.

A ces montants, il faut ajouter l’alimentation tout au long de votre cheminement ainsi que le prix des hébergements. En moyenne pour la restauration, il faut compter un budget de 20/30€ par jour.

Pour conclure, si vous avez envie de vivre une expérience ou une aventure moderne, ces épreuves peuvent être une bonne option.

Personnellement, elles font parties de mes rêves de cycliste. Il me reste plus qu’à me préparer.

Bonne route à tous.

@ bientôt ^_^

 898 total views

Publié dans Brevets des Randonneurs Mondiaux, French Divide, Gravel Tro Breizh, Longue distance, Paris-Brest-Paris, Sea To Peak | Laisser un commentaire

Initiation avec Kikine

Bonjour,

Ca y est, j’ai roulé à vélo dans le Béarn.

Je n’ai pas réaliser des kilomètres mais j’ai accompagné ma Kikine lors d’une de ses premières sorties à vélo sur les routes. Il y avait aussi sa maman et son frère sur une monture nucléaire 😉

Elle a bien suivi les consignes et s’est débrouillée comme une cheffe.

Au final, nous avons fait un peu plus de 700m tranquillement.

C’était vraiment bien sympa.

Il faut qu’on se refasse cela.

@ bientôt.

 241 total views,  1 views today

Publié dans Divers | Laisser un commentaire

French Divide 2021 – Le film

Bonjour,

Voilà quelque temps que j’ai posté un billet sur ce site. Certainement que j’étais parti en hibernation 😉

Le printemps commence à arriver. Le soleil brille toujours un peu plus. Les organisateurs ont mis à jour leur page d’inscription. Les kilos se sont accumulés. Il est peut-être temps de revenir dans le monde des cyclistes.

Mais avant de revenir dans la réalité de notre monde, je vous invite à partir en voyage en juillet 2021. Pour se faire, installez-vous confortablement et c’est parti pour près d’une heure et demi d’émotion et de magie audiovisuelle.

Bon visionnage.

 951 total views

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire