A la découverte du Béarn

Bonjour à tous,

Ce week-end, la reprise du vélo a continué son envol.

En effet, j’ai été usé de la gomme sur de nouvelles routes béarnaises.

Autour de Pau, il n’est pas évident de trouver des parcours où vous ne vous prenez pas des côtes à 10% dans les jambes. J’avoue que je suis devenu un accroc aux préparations de parcours à l’aide d’OpenRunner ou de Komoot. Ca permet d’éviter les surprises.

Donc ce samedi, je suis parti sur un parcours soft. Il a commencé par la remontée du Boulevard de la Paix à Pau où la seule difficulté est d’avoir des feux rouges qui ont la fâcheuse tendance à rougir à votre arrivée 😀

Arrivé sur Lescar, on commence la partie campagnarde du parcours. On y croise aussi la première petite bosse qui passe presque crème.

Quelques kilomètres plus loin, en entrant sur la commune de Poey-de-Lescar, je bénis le fait de rouler en tubeless. En effet, un silex a décidé de faire une belle entaille dans la bande de roulement de mon pneu. Le préventif a fait son effet au bout de quelques dizaines de mètres. A aucun moment, je n’ai été en danger et à aucun moment le pneu était à plat.

Aperçu de l’entaille après la sortie.

Au passage, je tiens à remercier les deux cyclos qui m’ont demandé si j’avais besoin d’aide en me voyant arrêter sur le bas-côté. Ce n’est pas à Paris que l’on aurait vu cela.

Après ce petit moment mécanique bucolique, je continue mon parcours qui m’emmène à Bougarber. Très joli village béarnais où l’ancien salon de coiffure a gardé son jus d’antan et une belle porte d’un autre temps vous accueille.

Un salon de coiffure d'antan

Un salon de coiffure d’antan

Une porte accueillante

Une porte accueillante

Il en faut peu pour rendre un cyclo heureux.

Un cyclo heureux

Un cyclo heureux

Plus loin, un bel arbre trône fièrement au milieu des champs.

Un bel arbre

Un bel arbre

Mes coups de pédales m’amène à traverser un petit ruisseau qui a encore de l’eau. En cette période de sécheresse nationale, c’est un point à signaler.

Un joli petit ruisseau

Un joli petit ruisseau

Après un passage par un combo descente/montée, voilà que j’aperçois un tractopelle. Ni une, ni deux, c’est la photo pour Gepeto, mon fils. Il adore les tractopelles.

Un tractopelle au repos

Un tractopelle au repos

Quand je suis passé devant ce champ, j’ai eu une pensée pour Veloblan. Voilà de vraies vaches.

De vraies vaches

De vraies vaches à l’ombre

De vraies vaches

De vraies vaches qui préfèrent la bronzette

En passant par Caubios-Loos, je découvre une aire de pique-nique joliment décoré par les habitants. Ca valait bien quelques photos.

Petite explication de l'existence de l'aire

Petite explication de l’existence de l’aire

Une vue d'ensemble

Une vue d’ensemble

Le gardien de l'aire

Le gardien de l’aire

Un thème bien choisi

Un thème bien choisi

En poursuivant mon parcours à travers les champs de maïs, j’aperçu Jean-Pierre. Jean-Pierre c’est le surnom donné localement au Pic du Midi d’Ossau.

Le Pic du Midi d'Ossau, dit Jean-Pierre

Le Pic du Midi d’Ossau, dit Jean-Pierre

Pour finir, je m’arrête pour une dernière photo à l’entrée de la forêt de Bastard où je shoote un petit habitant de la forêt.

Un habitant de la forêt

Un habitant de la forêt

Au final, j’ai réussi à faire des bornes sans faire souffrir mon genou.

Ce fut une bonne balade. Maintenant, on va rajouter un peu de D+ aux prochaines sorties afin de se muscler un peu.

 48 total views,  1 views today

Ce contenu a été publié dans 2022, Randonnée route. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.